Critique de « Freaky Tales » : Pedro Pascal ancre une lettre d'amour campy et sanglante aux années 80

Critique de "Freaky Tales" : Pedro Pascal ancre une lettre d'amour campy et sanglante aux années 80

Sundance 2024 : les outsiders d'Oakland sont la pièce maîtresse du film d'anthologie d'Anna Boden et Ryan Fleck

Les histoires d’outsider sont appréciées pour une raison. Et « Freaky Tales », le dernier film des réalisateurs Anna Boden et Ryan Fleck, nous donne une foule d'opprimés à encourager, ainsi qu'une période sanglante et amusante, très années 80, du côté le plus étrange d'Oakland, en Californie.

Basé sur des idées imaginaires et des souvenirs de Fleck, Freaky Tales est imprégné d'amour pour ses outsiders, la Bay Area et les films en général, divisé en plusieurs chapitres qui font la chronique des punks, des musiciens et des personnes en quête de rédemption.

Prenant son temps pour mettre en place les mondes de ses personnages et montrer comment ils sont tous connectés à la fin, les histoires se déroulent dans la Bay Area en 1987, où la vie quotidienne se déroule et où les gens vivent avec une mystérieuse teinte verte qui colore leur vie. C'est un moment et un lieu qui ancrent le film dans une spécificité affectueuse, lui conférant une chaleur profonde. Clairement réalisé par et pour des personnes ayant un lien avec Oakland, le film intègre même des légendes réelles de la Bay Area, à la fois en tant que personnages et en camées, soulignant la profonde affection pour la ville.

Tout d’abord, dans « The Gilman Strikes Back », nous rencontrons un groupe de punks défendant leur salle locale contre une horde de nazis qui les terrorisent régulièrement. Après un incident punitif, ils réalisent qu’ils doivent riposter. Deux de ces punks sont Tina (Ji-young Yoo) et Lucid (Jack Champion). Nous suivons Tina et Lucid alors qu'ils se préparent et s'entraînent pour le plus grand combat de leur vie, mais nous suivons également leur tendre et douce romance. D'après le témoignage du film, leur romance ne semble jamais forcée ni n'enlève le point du premier chapitre : que l'amour et la résistance peuvent aller de pair.

« Don't Fight the Feeling », le deuxième chapitre, raconte l'histoire de Barbie (Dominique Thorne) et Entice (Normani), amis qui rêvent de faire grandir leur duo de rap Danger Zone. Nous avons un aperçu de ce que les deux femmes doivent endurer chaque jour en tant que femmes noires : elles sont harcelées par un horrible flic et ne sont pas prises au sérieux par leurs pairs artistiques. Heureusement, cependant, Danger Zone peut plus que tenir le coup, et le couple se révèle non seulement capable mais incroyable. Les performances ici méritent d'être notées, en particulier Normani dans ses débuts d'actrice au cinéma, apportant une sensibilité sûre d'elle et déterminée qui ancre Entice. Thorne est également génial ici dans le rôle de Barbie, soulignant le caractère dur du couple. C'est également l'un des chapitres qui décrivent les légendes réelles de la Bay Area – Danger Zone et Too Short.

La rédemption constitue une bonne partie du chapitre 3, « Born to Mack », l'histoire de Clint, un tueur à gages en deuil (Pedro Pascal) qui vient de tout perdre. Nous suivons Clint alors qu'il essaie d'accomplir son dernier travail avant de continuer tout droit, mais les choses tournent au pire. « Born to Mack » se délecte du pathétique du cinéma des durs à cuire des années 1980, et ça marche. C'est en grande partie grâce à la performance fiable et engagée de Pascal : chez Clint, il trouve un moyen d'approfondir le personnage au-delà de ce qui est sur la page. Clint peut s'intégrer confortablement parmi la gamme de personnages que Pascal a joué, de Joel dans « The Last of Us » à « The Mandalorian », mais grâce à ses choix (une pause soigneusement placée ici, une réplique intelligente là), Clint devient son propre personne et va au-delà d’un archétype.

Enfin, dans « The Legend of Sleepy Floyd », nous passons du temps avec une autre légende de la Bay Area, l’ancien All-Star des Warriors Eric Augustus « Sleepy » Floyd (Jay Ellis). Ce chapitre prend l'ancien basketteur et l'élève au rang de surhumain. Plus tôt dans le film, nous voyons Sleepy Floyd promouvoir un moyen d'exploiter l'énergie, et finalement, nous le voyons utiliser cette compétence avec toute sa force. L'ancien joueur des Warriors se venge après un braquage qui a mal tourné chez lui, et ce qui s'ensuit est un bain de sang à la Bruce Lee. Ellis fait un travail phénoménal ici, travaillant sur une chorégraphie de combat intense et délivrant des coups emblématiques et sanglants à ses ennemis. Les dernières nuances de la séquence de vengeance défilent et délivrent des quantités délicieusement déséquilibrées de sang et d'éclaboussures que tout fan du schlock des années 1980 apprécierait.

« Freaky Tales » est une époque formidable qui sait canaliser ses nombreux amours (de la Bay Area, du cinéma) en une force contagieuse. Venez pour le plaisir campy et sanglant, mais restez pour l'amour clair pour les médiums dans lesquels il travaille : les films et la mémoire.

« Freaky Tales » est un titre vendu à Sundance.

Découvrez toute notre couverture de Sundance ici.