Elon Musk dit aux annonceurs X d'aller vous faire foutre

Elon Musk dit aux annonceurs X d'aller vous faire foutre

Il s'est également excusé pour une remarque antisémite : « J'ai tendu une arme chargée à ceux qui me détestent… Pour cela, je suis vraiment désolé », a déclaré le milliardaire lors de la conférence DealBook du New York Times.

Elon Musk a demandé aux annonceurs qui ont suspendu les achats de publicités sur sa plateforme de médias sociaux X d’« aller vous faire foutre » mercredi, marquant une évolution houleuse dans les retombées en cours d’un tweet antisémite qu’il a approuvé plus tôt ce mois-ci.

Le magnat de la technologie et propriétaire de X s’est également excusé pour le tweet antisémite lors du sommet DealBook du New York Times, affirmant qu’il « avait remis une arme chargée à ceux qui me détestent, et sans doute à ceux qui sont antisémites. Pour cela, je suis vraiment désolé. Ce n'était pas mon intention. »

« Rétrospectivement, je n'aurais pas dû répondre à ce message particulier », a-t-il poursuivi.

Musk a ajouté que son récent voyage en Israël et sa rencontre avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’étaient pas « une tournée d’excuses » pour le poste et d’autres cas d’antisémitisme largement médiatisés chez X.

Le 15 novembre, Musk a approuvé un compte vérifié nommé @breakingbaht, qui écrivait : « Les communautés juives ont poussé le type exact de haine dialectique contre les Blancs qu’elles prétendent vouloir que les gens cessent d’utiliser contre eux. » Il a répondu au message en écrivant : « Vous avez dit la vraie vérité. »

Abordant l'incident mercredi lors d'une conversation avec le journaliste Andrew Ross Sorkin, Musk a affirmé que son accord avait été largement sorti de son contexte et « par la suite clarifié dans les réponses, mais ces clarifications ont été ignorées par les médias ».

Le tweet de « vérité réelle » est venu en conjonction avec un rapport Media Matters qui a révélé que X ne respectait pas les mesures de sécurité de marque convenues pour le contenu des annonceurs. Il a été constaté que la plate-forme de médias sociaux plaçait ses publicités à côté de contenus « vantant Adolf Hitler et son parti nazi », ce qui a conduit à une suspension massive des publicités par des sociétés telles que Disney, Warner Bros., Paramount, Sony, Lionsgate, Apple et IBM.

Linda Yaccarino, PDG de X a répondu à la polémique le 16 novembre, tweetant que « le point de vue de X a toujours été très clair : la discrimination de la part de tous devrait cesser à tous les niveaux – je pense que c'est quelque chose sur lequel nous pouvons et devons tous être d'accord. »

« En ce qui concerne cette plateforme, X a également été extrêmement clair sur nos efforts pour lutter contre l’antisémitisme et la discrimination. Il n’y a pas de place pour cela nulle part dans le monde – c’est moche et mauvais », a-t-elle écrit. « Arrêt complet. »

Le lendemain, Musk a qualifié les annonceurs de « plus grands oppresseurs de votre droit à la liberté d’expression ».

Interrogé à nouveau mercredi sur le récent exode publicitaire chez X, Musk a répondu qu'il s'en fichait s'ils quittaient la plateforme de médias sociaux.

« Si quelqu'un essaie de me faire chanter avec de la publicité, faites-moi chanter avec de l'argent », a déclaré Musk. « Va te faire foutre. »

« Est-ce clair? » plaisanta le milliardaire. « Voilà comment je me sens. »

Regardez l’interview (et les commentaires en question) ci-dessous :

Les commentaires incendiaires de Musk sont intervenus après qu'il ait intenté une action en justice contre Media Matters le 20 novembre.

Lors de l'événement du New York Times de mercredi, le magnat de la technologie en difficulté portait une étiquette autour du cou qui lui avait été donnée par les familles de l'un des otages détenus à Gaza, sur laquelle Musk a partagé le texte « Ramenez-les à la maison ».