La star de « Fallen Leaves », Alma Pöysti, explique en quoi la réalisation de la comédie romantique impassible était « aussi pure que possible »

La star de "Fallen Leaves", Alma Pöysti, explique en quoi la réalisation de la comédie romantique impassible était "aussi pure que possible"

Magazine Films Complet : « (Le réalisateur) Aki Kaurismäki ne répète pas avec nous et il préfère réaliser chaque plan en une seule prise », déclare la célèbre actrice

Se déroulant au sein de la classe ouvrière d’Helsinki, le film finlandais « Fallen Leaves » résonne avec l’ambiance d’une époque antérieure. Cela ressemble à un film qui ne se déroule pas seulement il y a 30 ans, mais qui a également été réalisé à cette époque. Mais il s'agit en fait d'une époque moderne
histoire – en quelque sorte.

« Si vous regardez, vous pouvez voir qu'il y a un calendrier sur le mur du film », a déclaré Alma Pöysti, l'actrice principale exceptionnellement émouvante du film. « Et le calendrier est pour l'année 2024. N'est-ce pas quelque chose de fantastique ? C'est Aki Kaurismäki.

Kaurismäki est le cinéaste finlandais le plus acclamé, un auteur charmant et pince-sans-rire de romance nostalgique et mélancolique. Ses quatre décennies de travail se sont toujours concentrées sur des personnages issus des couches économiques inférieures qui se frayent un chemin à travers le monde.

« Fallen Leaves » est la candidature finlandaise à l'Oscar 2023 du meilleur long métrage international. Le film de Kaurismäki, « L'homme sans passé », sorti en 2002, est le seul candidat du pays dans la catégorie internationale.

« J'ai regardé ses films toute ma vie et, comme tout le monde en Finlande, son travail est presque dans notre ADN », a déclaré Pöysti. « Il raconte des histoires aussi honnêtes que possible, mais ce sont aussi des contes de fées bruts pour adultes. »

L'actrice est surtout connue pour être la star de « Tove », la candidature finlandaise aux Oscars 2020. Sa performance touchante dans « Fallen Leaves » – dans le rôle d’une employée solitaire de supermarché qui se connecte avec un alcoolique en lambeaux (Jussi Vatanen) – a touché le cœur du public depuis la première du film à Cannes. Le film a rehaussé son profil mais a également modifié sa philosophie du jeu d'acteur.

« Aki ne répète pas avec nous et il préfère réaliser chaque plan en une seule prise », a-t-elle déclaré. Pöysti a admis qu'elle était légèrement terrifiée au début à l'idée que l'on ait un seul plan pour clouer chaque scène. « Mais j'ai adoré, j'ai adoré », a-t-elle admis. « Quand vous faites des prises encore et encore, vous commencez à inclure votre technique de jeu et cela épuise un peu la qualité. Mais quand on n’en prend qu’une seule, c’est aussi pur que possible.

Elle a déclaré que le style de tir unique la maintenait également sur ses gardes. « Parce que la dernière chose que tu veux faire, c’est gâcher ce film. Mais cela a presque toujours fonctionné dès la première prise. Si un acteur avait complètement oublié sa réplique, il aurait pu y avoir une seconde prise. Mais pour qu’il y ait eu une troisième prise, il aurait fallu un désastre. Je ne pense pas que nous ayons jamais fait une troisième prise.

Le film regorge de références cinématographiques : un chien errant, par exemple, s'appelle Chaplin et une affiche du film « Brief Encounter » de David Lean est affichée en arrière-plan d'une tentative de scène romantique. Dans une scène volontairement ironique, les personnages visitent une salle de cinéma pour voir un film de Jim Jarmusch, un véritable ami de Kaurismäki. Le film qu'ils regardent est le récent film de zombies de Jarmusch, « The Dead Don't Die ».

« Aki parle constamment de films et de références », a déclaré Pöysti. «Mais il n'y a rien de poussiéreux là-dedans. Il regarde constamment des films, lit des livres et écoute de la nouvelle musique. Dans une scène, il fait jouer un groupe finlandais actuel. Leur nom est Maustetytot, qui se traduit par « Spice Girls ». C'est génial qu'ils soient dans le film.

Le titre du film fait également référence à une chanson. « Mais le nom du film peut être traduit de différentes manières. Cela pourrait signifier « Feuilles d'automne » ou « Feuilles mortes », mais tout cela commence par la feuille qui tombe de sa branche. La feuille est donc morte, mais elle peut souffler dans les airs pendant un certain temps. En y pensant de cette façon, Aki est en fait tellement romantique.

L'histoire comprend également des tableaux émotionnels simples, comme la vue du personnage de Pöysti voyageant seul dans un bus ou un train.

« Le cadrage de ces scènes est si beau », a-t-elle déclaré. « En arrière-plan, on peut voir d'autres personnes, parfois c'est un couple, et je pense que nous nous reconnaissons dans cela, peu importe qui nous sommes. Parce que nous avons tous vu quelqu'un d'autre seul, l'air seul, dans le train. Et nous avons tous été cette personne seule aussi.

Elle a ajouté : « Les personnages du film, et même le chien, ont tous dépassé leur date d'accouchement. C’est l’histoire de petites gens écrasés par le système, mais le film est un puissant contre-pouvoir contre le cynisme. Aki dit vraiment qu'il ne faut pas être déçu. Il y a de la compassion, de l'empathie et une défense mutuelle dans le monde. Vous pouvez trouver un sens et un but. Et bien, hé, il pourrait y avoir quelque chose dans cette vie.

Une version de cette histoire a été publiée pour la première fois dans le numéro International Feature Film du magazine Films Complet Awards.

En savoir plus sur le numéro international ici.