Le son de « Barbie » : authentique, artificiel et scintillant

Le son de « Barbie » : authentique, artificiel et scintillant

Magazine Films Complet : « Greta (Gerwig) nous disait des choses comme : « Mettez un peu d'éclat dessus », et au début, je ne comprenais pas ce qu'elle disait », explique le mixeur de réenregistrement Kevin O'Connell.

Greta Gerwig avait une phrase pour exprimer ce qu'elle attendait de l'équipe sonore de « Barbie » : authentiquement artificiel. « Rien n'est vivant, mais Greta voulait que ce soit agréable et invitant », a déclaré Ai-Ling Lee, mixeur de réenregistrement, concepteur sonore et monteur sonore superviseur. « Nous avons utilisé des sons non littéraux, comme ceux des publicités où le public l'entend et veut l'avoir.

« Par exemple, Barbie ouvrait le réfrigérateur et nous voulions qu'il donne l'impression qu'un air froid et rafraîchissant en sortait. Nous ajouterions donc une femme qui expire, comme le son que ferait quelqu'un après avoir bu un verre de cola rafraîchissant. C'est presque comme imaginer les sons qu'un humain ferait s'il jouait avec ces Barbies et ces Kens.

L'équipe sonore a également rempli le film d'œufs de Pâques sonores, de clins d'œil aux premiers dessins animés de Disney ou d'Hanna-Barbera et de comédies musicales des années 1950 comme « Singin' in the Rain ». Mais leur travail était complexe. « Dans un film ordinaire, vous pouvez vous en sortir avec des sons normaux de tous les jours », a déclaré le concepteur sonore et monteur sonore superviseur Dan Kenyon. « Mais dans ce film, il fallait que ce soit un peu différent, pour vous donner le sentiment d'être dans un monde différent.

« Et en plus de cela, il y a tellement de dialogues vraiment bien écrits, de bonnes musiques et des chansons pop. C’était donc un défi de créer tout cela et de le faire fonctionner avec tout le reste à l’écran.

Kevin O'Connell et Ai-Ling Lee, BARBIE

Parfois, cela impliquait de supprimer d’autres sons. Dans un discours culminant dans lequel le personnage d'America Ferrera décrit les attentes paralysantes que la société place à l'égard des femmes, « le niveau de calme dont nous avions besoin était inférieur à ce que le seuil aurait été avec les enregistrements de dialogues originaux », a déclaré le mixeur de réenregistrement Kevin O' Connell, 21 fois nominé aux Oscars pour le son, qui a également travaillé sur l'autre moitié de Barbenheimer, « Oppenheimer » de Christopher Nolan. « Nous avons dû utiliser tous les outils disponibles pour essayer de réduire et de supprimer les sons normaux d'une scène sonore sans affecter le ton de ses dialogues. »

En revanche, l'équipe sonore a pu s'amuser avec Weird Barbie, la poupée en lambeaux et cassée interprétée par Kate McKinnon. « C'est dans le nom : elle est bizarre », a déclaré Kenyon. «C'est une poupée surjouée et foirée. Nous avons donc pu jouer un peu plus avec le Foley (effets sonores). Quand elle marche, nous lui avons donné des craquements et des grincements en plastique. Et quand elle tombe et fait le grand écart ou quand elle saute du deuxième étage et fait la roue, nous avons pu nous amuser davantage avec ces moments-là.

Et ils ont tout mis en œuvre pendant la longue scène de bataille entre deux armées de Kens. « Greta et Noah (co-scénariste Noah Baumbach) ont décrit la scène comme 'Il faut sauver le soldat Ryan' mais avec des jouets », a déclaré Lee. « Si vous écoutez simplement la bande originale, vous entendrez une bataille, mais elle est composée de frisbees, de raquettes de tennis, de flèches en plastique, de jouets pour chiens grinçants, de cris de mauviettes et de gémissements. Tout pour aider à amplifier l'humour. C'est la partie amusante de ce film, que nous avons pu utiliser certains des sons stéréotypés campy que les gens évitent habituellement.

O'Connell était d'accord. « Nous avons tous déjà travaillé sur ce genre de films compliqués, mais ils ne sont jamais aussi amusants que lorsque vous travaillez avec Greta », a-t-il déclaré. « Elle nous disait des choses comme : « Mettez un peu d'éclat dessus », et au début, je n'ai pas compris ce qu'elle disait. Mais au bout d’un moment, j’ai compris, et nous essayions continuellement de trouver des moments dans le film pour ajouter un peu d’éclat. »

Cette histoire fait partie du Article de couverture de « Barbie » dans le numéro Below-the-Line du magazine de récompenses Films Complet. Lisez le reste des histoires « Barbie » en dessous de la ligne ici.

En savoir plus sur le numéro Below-the-Line ici.

Greta Gerwig et Barbie en dessous de la ligneGreta Gerwig et Barbie en dessous de la ligne